Radar de comptage routier, quelle utilité ?

Radar de comptage routier

Le terme radar fait souvent penser à un radar qui verbalise pour un excès de vitesse. Or, un radar de comptage routier est totalement différent. En effet, celui-ci vise à analyser le trafic routier pour déterminer le degré de fréquentation de la route en question. Le radar de comptage fonctionne aussi bien sur des routes départementales que nationales mais aussi en agglomération. Il est en effet très fréquent que des poids lourds quittent les autoroutes pour éviter les péages. Grâce au radar de comptage routier, il est possible de déterminer le nombre de camions fréquentant les routes secondaires.  

Comment fonctionne-t-il?

Le radar de comptage routier TMS-SA développé par Icoms Detections est très facile d’utilisation. En effet, une fois installé sur un poteau, il vous suffit de mettre en place la communication sans-fil Bluetooth. Il ne reste alors plus qu’à analyser les résultats et la fréquentation des routes par les automobilistes. Ce système est destiné à une utilisation ponctuelle, pour des périodes spécifiques et pertinentes.

 

Quels sont les points forts du radar de comptage routier ?

Petit et très facile à déplacer, il est aussi très aisé à installer. En plus, il ne nécessite pas d’arrêt du trafic routier, ne créant ainsi aucun bouchon. Enfin, l’installateur n’intervient pas sur la chaussée ce qui le laisse en sécurité.
Pour ce qui est des données, vous obtiendrez les mesures individuelles incluant la vitesse, la longueur et le sens de déplacement. Les données sont également horodatées au centième de seconde. Le logiciel livré gratuitement avec le radar de comptage calcule les informations-clés permettant de mieux comprendre le trafic, telles que la vitesse moyenne, la V85, le pourcentage d’excès de vitesse, la proportion de poids lourds etc. Ces informations sont exportables dans un fichier Excel présentant de nombreux graphiques et tableaux.

Pourquoi mettre en place un radar de comptage routier ?

Le TMS-SA permet non seulement de quantifier le nombre de véhicules qui empruntent un axe routier, mais aussi de mesurer leur vitesse. En effet, grâce à un capteur radar, le boîtier permet de relever si les automobilistes sont souvent en excès ou non. Cela permet de prendre en compte le comportement des automobilistes et d’adapter la signalétique. Ainsi, si vous comptabilisez de nombreux excès de vitesse, vous pouvez opter pour l’installation d’un radar pédagogique ou encore de ralentisseurs.
Vous pouvez également faire une analyse de trafic pour appuyer des faits relatés par des riverains. En effet, il est possible que certains se plaignent de nuisances sonores si leur habitation se trouve proche d’axes routiers très empruntés. Vous pourrez alors confirmer ces plaintes et y remédier en proposant de nouveaux aménagements urbains. Vous vous débarrasserez ainsi des éventuels points noirs routiers aux abords de zones urbaines.

Cette solution est-elle efficace à long terme ?

Généralement, lorsque vous souhaitez effectuer une analyse de trafic routier dans une commune ou une route départementale ou nationale, cela se fait sur un court terme. Par ailleurs, le TMS-SA conçu par Icoms Detections est doté d’une batterie rechargeable lui conférant trois semaines d’autonomie. Généralement, cette période est suffisante pour pouvoir analyser le trafic tel que souhaité. Néanmoins, si vous avez besoin de faire des analyses sur un plus long terme, c’est possible et tout aussi efficace. Vous pouvez alors décider de recharger la batterie et la remettre en place ou opter pour une alimentation solaire.
Cette dernière option vous permet alors de ne pas vous soucier de l’autonomie du boîtier du radar de comptage routier. Une fois mis en place, il vous suffit d’analyser les données reçues puis de l’enlever ou de le déplacer sur un autre axe routier une fois la collecte des informations terminées.

Icoms Detections fabrique d’autres produits pour la gestion du trafic routier : afficheurs de vitesse, compteurs de vélos, capteurs pour la gestion des feux tricolores… n’en sont que quelques exemples.